6/11/2019 : Numérique frugal

“Ce n’est pas la technique qui nous asservit, c’est le sacré transféré à la technique qui nous empêche d’exercer notre esprit critique sur le développement humain.”

– Jacques Ellul, Les nouveaux possédés, Fayard, 1973


Il semble clair aujourd’hui que le numérique tel qu’il est contribue massivement à la destruction de la biosphère et au changement climatique : à la fois directement, par sa consommation de ressources et sa production de déchets, et indirectement, en étant le principal moteur de notre mode de production extractiviste. Les “solutions” qu’il prétend apporter ne sont pas à la hauteur des enjeux, quand elles n’empirent pas la situation.

Un autre numérique est-il possible ? À quoi pourrait-il ressembler ? Est-il illusoire de le vouloir ?

Intervenant.es

  • Amélie Bohas, enseignante-chercheuse en management à l’université de Lyon (IAE), spécialiste des liens entre numérique et écologie
  • Diego Landivar, Professeur en Economie et Humanités Numériques à l’ESC Clermont, directeur d’Origens Media Lab
  • Jacques-François Marchandise, délégué général de la Fing, coordinateur du programme RESET

L’article issu de la conférence