Sénamé Koffi Agbodjinou

Architect, anthropologist, founder of L’Africaine d’architecture & WoeLab

Architect and anthropologist, Sénamé Koffi Agbodjinou is the creator of the collaborative research platform on African architecture and city issues ‘L’Africaine d’architecture’. Founder of WoeLab, a network of Togolese grassroots tech-hubs whose ambition is to « make everyone equal in the face of technology » and in which he helped launch the half-dozen shared companies of the #Siliconvillage Group. Since 2017 Sename has been elected to the Ashoka Foundation’s prestigious fellowship program for social entrepreneurs.

Born February 8, 1980 in Lomé, Sénamé Koffi Agbodjinou trained as an architect and anthropologist. After extensive experience in humanitarian construction, he creates the platform L’Africaine d’architecture on the line « Modernité Ancrée » where the ambition is to provide the conceptual means of architectural alternatives that value the canons, dynamics and resources of the raw materials. In 2006, he is in charge of the project of Tammari School, a school complex for 200 children, made of raw earth and mixed techniques with the population and the tamberma builders (Northern Togo, World Heritage of UNESCO).

In 2012, he becomes a defender of a « digital vernacular, when he identifies a similarity between “Ethics Hackers » and the values ​​of traditional African societies. The #LowHighTech concept is born to emphasize this proximity and to consider an original approach to innovation issues involving modest layers. The HubCité vernacular smart city project, the WoeLab grassroot incubator and the W.Afate (the first African 3D printer, built with computer waste) are the best ambassadors for this vision of society.

Sénamé leads the network of WoeLabs (African Spaces of Technological Democracy), atypical spaces that facilitate a pool of intelligences and mix different populations that aim to use with low environmental footprint. He is mentor of a community of about thirty young boarders, co-partners of the dozen local businesses, collaborators of the #SIliconVilla program.

Another pilot programme ,# 3DprintAfrica, is deployed in the radius of one km, like many project running at WoeLab, brings fast prototyping technologies into schools and cyber-cafes with the concious concertn that Africa should not get caught into the « next Industrial Revolution ».

Sénamé is a speaker at several major conferences: Lift -Marseille, SXSW -Austin, Re: Publica -Berlin, World MakerFaire -NYC, World Forum For Responsible Economy -Lille, Sharing Khnowledge -Trieste, etc. His interest covers issues as diverse as startup culture, the Digital Revolution in Africa, Circular Economy, Collaborative Economy, Third Industrial Revolution, Maker and DIY movements, Earth Construction …


Architecte et anthropologue, Sénamé Koffi Agbodjinou est le créateur de la plateforme de recherche collaborative sur les questions de l’architecture et de la ville africaines ‘L’Africaine d’architecture’. Fondateur de WoeLab, réseau de tech-hubs grassroots togolais dont l’ambition est de “rendre tout le monde égal en face de la technologie” et au sein duquel il a contribué à lancer la demi-douzaine d’entreprises partagées du Groupe #Siliconvillage. Sename est élu depuis 2017 au prestigieux programme fellowship pour entrepreneurs sociaux de la fondation Ashoka.

Né le 08 Février 1980 à Lomé, Sénamé Koffi Agbodjinou est architecte et anthropologue de formation. Après une longue expérience dans la construction humanitaire,  il crée la plateforme L’Africaine d’architecture sur la ligne “Modernité Ancrée » dont l’ambition est de fournir les moyens conceptuels d’une alternative architecturale valorisant les canons, dynamiques et ressources du cru.  Il est notamment maître d’oeuvre, en 2006, du projet de l’Ecole Tammari, complexe scolaire pour 200 enfants, réalisé en terre crue et techniques mixtes avec la population et les bâtisseurs tamberma (Togo du Nord, Patrimoine mondial de l’UNESCO).

Il devient défenseur d’un « vernaculaire numérique », en 2012 quand il croit identifier une correspondance entre l’Éthique Hacker” et les valeurs des sociétés traditionnelles africaines. Le concept #LowHighTech voit le jour pour souligner cette proximité et envisager une approche originale des questions d’innovation  impliquant les couches les plus modestes. Le projet de smart cité vernaculaire HubCité, l’incubateur grassroot WoeLab et la W.Afate (première imprimante 3D africaine et construite en déchets informatiques) sont les meilleurs ambassadeurs de cette vision de société.

Sénamé dirige le réseaux de WoeLabs (Espaces Africains de la Démocratie Technologique), lieux atypiques qui rendent possible la mutualisation des intelligences et le brassage de populations diverses adoptant des usages à faible empreinte environnementale. Il y est mentor d’une communauté d’une trentaine de jeunes pensionnaires, co-sociétaires de la douzaine d’entreprises de proximité, collaborantes et bootstrappées du programme #SIliconVilla.

Un autre programme #3DprintAfrica dont le pilote, comme tout se qui a cours au WoeLab est déployé dans le rayon d’un km autour, fait rentrer les technologies de prototypage rapide dans les écoles et les cyber-cafés avec cette préoccupation que l’Afrique ne soit pas décrochée sur la “prochaine Révolution Industrielle’.

Sénamé est intervenant dans plusieurs grandes conférences : Lift -Marseille, SXSW -Austin, Re:Publica -Berlin, World MakerFaire -NYC, World Forum For Responsible Economy -Lille, Sharing Khnowledge -Trieste, etc. Son intérêt touche des questions aussi diverses que la culture startup, la Revolution Digitale en Afrique, l’Économie Circulaire, l’Économie Collaborative, la Troisième Révolution Industrielle,  les mouvements Maker et DIY, la Construction en terre…