Narratopias

« Si nous voulons transformer la société, nous devons apprendre à raconter – et à écouter – de nouvelles histoires à propos du monde que nous voulons créer. » Ashoka

« Nous avons besoin de nouveaux récits afin de rassembler les gens et rendre possible un monde soutenable alors que, comme le dit Greta Thunberg, “notre maison brûle”. » Forum Économique Mondial

« Nous avons un besoin urgent de nouveaux récits pour imaginer l’impossible. » Green Economy Coalition

« Si, comme dit la maxime, “la politique est l’art du possible”, encore faut-il qu’il y ait des arts pour multiplier ces possibles. » Bruno Latour

« Le changement climatique est un échec de l’imagination. » Naomi Klein

De toutes parts surgit le même appel : « Nous avons besoin de nouveaux récits » pour rendre imaginables les mondes que nous voulons et ainsi, rendre possible les transitions – en particulier écologiques et sociales – dont nous avons besoin. Nous proposons de prendre cet appel au sérieux et d’y organiser une réponse collective à l’échelle mondiale : Narratopias.

Narratopias invite toutes celles et tous ceux qui le souhaitent à partir ensemble à la recherche de récits de futurs désirables pour en faire les ferments de change- ments concrets. Par « désirables », nous entendons : soutenables (propices à la vie, notamment humaine), accueillants (de la diversité des manières d’être), libérateurs (de toutes les formes de domination) et ouverts (y compris au débat sur ce que chacun·e trouve « désirable »). Ce projet se fonde sur trois convictions : Nous n’avons pas besoin d’un seul « grand récit », mais d’une multitude de récits des « mondes d’après » ; beaucoup de ces récits existent déjà et il faut commencer par les reconnaître, partout dans le monde ; l’appel aux « nouveaux récits » sera productif s’il fait resurgir la puis- sance d’imagination et le désir d’agir chez chacune et chacun de nous.

Des récits, pourquoi faire?
  • Pour tracer le chemin de réponses collectives aux impasses contemporaines (écologique, sociale, économique…) ;
  • Pour sortir du fatalisme, de l’effondrisme, du présentisme, du « No Future », c’est-à-dire du sentiment que nous ne pouvons que subir le futur avec plus ou moins de grâce ;
  • Pour rendre concevables des « bascules » à l’échelle de sociétés, et transformer ce qui apparaît aujourd’hui comme des pertes (« moins » consommer, voyager…) en ferments (« plus » relier, s’impliquer, créer…) ;
  • Pour s’adresser aux sens et aux émotions, autant qu’à la raison, permettre à chacun·e de se projeter personnellement dans des futurs alternatifs et d’y trouver du sens, du désir et de l’énergie ;
  • Pour qu’émerge une pluralité de perspectives, d’horizons collectifs qui puissent, soit rassembler vers l’action, soit susciter des désaccords féconds, en tout cas recentrer les énergies autour de projets plutôt que de problèmes.
Quand et comment?
  1. Avant toutes choses, Narratopias est un projet collectif, ouvert, international et multiculturel. Il appartient à toutes celles et tous ceux qui apportent leurs compétences, leurs réseaux et leur passion à ce projet.
    … Fin 2020, nous souhaitons constituer un premier « noyau » de partenaires égaux, répartis sur plusieurs zones du globe et mariant différentes approches et compétences : réseaux d’artistes, d’innovateurs sociaux ou militants ; chercheur·es et étudiant·es ; prospectivistes ; etc.
  2. La première étape consistera à rassembler les récits existants de mondes désirables, partout dans le monde : dans la littérature, le théâtre, le cinéma, le jeu vidéo, les arts plastiques, la musique, le design, la BD… mais aussi les utopies ou les expérimentations sociales. Apprenons à reconnaître ces récits inspirants, collectionnons-les dans une plateforme partagée, traduisons-les, discutons-les, extrayons-en les pépites !
    … Début 2021, nous lancerons un « appel » international aux récits de futurs alternatifs et désirables : Textes, images et autres représentations sensibles quels que soient leur forme ou média, existants ou nouveaux, totalement imaginaires ou fondés sur des expériences vécues. Cet appel restera ouvert tout au long du projet.
  3. Recueillir ces récits ne suffit pas. Il faut qu’ils vivent en nous, qu’ils se relient, se continuent, se confrontent positivement. Il faut qu’ils développent, chez chacun·e de nous, des capacités à imaginer d’autres avenirs et sur cette base, à tenter de les faire advenir. C’est à ces conditions que l’appel à de nouveaux récits réussira dans sa mission de rendre une métamorphose concevable et par conséquent possible.
    … Mi 2021, une fois rassemblé un premier ensemble de « récits », nous engagerons un travail collectif de découverte, échange et analyse : des élèves et des étudiants, des chercheurs de toutes disciplines, des cadres et des non-cadres d’entreprises, des entrepreneur·es, des militant·es, des élu·es, des citoyen·nes et des non-citoyen·nes, découvrent, relient, analysent, discutent, prolongent ces récits, pour en faire progressivement émerger des pistes, des idées neuves, des cartes, des perspectives, des tensions fécondes.
    … Dans le même temps, nous engagerons un effort collectif pour (re)développer les capacités imaginaires de chacun et chacune : développer – dans les classes, les universités, les salles de conseil et les salles des fêtes, les labos scientifiques et les labs d’innovation des entreprises, etc. –, la capacité de produire des récits du futur, de les discuter et d’en faire la base d’actions transformatrices.
  4. Ce travail doit enfin déboucher sur des projets et des inspirations pour l’action.
    … À partir du 3e trimestre 2021, nous engagerons une série d’expérimenta- tions et d’actions, portées par tous les acteurs qui le souhaitent.

Liste non exhaustive de pistes : des « prototypes » de futurs alternatifs ; des projets en lien avec des territoires, des entreprises ou des collectifs engagés : pourquoi pas des « assemblées citoyennes des futurs », des récits collectifs du territoire d’après, des programmes éducatifs ; es programmes de recherche et d’innovation définis autour d’imaginaires désirables ; une intrusion des récits dans les forums les plus sérieux : mettre en fiction les programmes politiques, « hacker » au nom des futurs la RSE d’entreprise, les congrès scientifiques, les projets d’ONG…


Construisez Narratopias avec nous !
Vous pouvez nous envoyer un email à: narratopias@plurality-university.org