Quand, soudainement

“S’il existe un post-anthropocène qui mérite d’être vécu, celles et ceux qui l’habiteront auront besoin d’autres récits, où aucune entité n’occupe le centre de la scène.” – Isabelle Stengers

Au début du XXIe siècle, les vivant.es se sentaient vivre dans une catastrophe permanente. Plusieurs voix différentes voire opposées s’élevaient, s’assemblaient en hymne pour appeler des nouveaux récits. Certain.es soutenaient qu’ils faillaient les inventer. D’autres suppliaient : « rappelons-nous ceux qui existaient autrefois ! ». Tous et toutes convergeaient autour de ceci : il n’y a pas de réalité sans récits, donc pas de transformation du réel sans nouveaux récits. Ils et elles les appelaient de leurs vœux, les créaient, les partageaient. Ces récits devaient donc raconter des alternatives. Des alternatives qui donneraient sens et envie aux actions individuelles et collectives, qui recomposeraient le monde vers de nouveaux horizons, plus soutenable cette fois-ci.

Quand, soudainement est une fabulation collective à partir des multiples « nouveaux » récits de ce qui pourrait exister demain. Les œuvres présentent quelques-unes des pistes de transformation, reconstruction, mutation, recomposition recherchées. Elles proposent de nouveaux mots pour « raconter l’inconnu » (Isabelle Delannoy), « déplacer les conceptions disponibles vers des horizons nouveaux » (Yannick Rumpala). Elles insufflent aux structures narratives fatiguées de la modernité des possibilités nouvelles, en dessinant les détails de leurs formes, odeurs, sons et mouvements, et invitent l’esprit à « problématiser la réalité » (Yannick Rumpala) en interrogeant les scènes, les relations, les situations, les héros du présent…

Que se passe-t-il quand, soudainement, vingt-cinq artistes ou collectifs d’artistes réunis en un même lieu interrogent la question du récit et les changements qu’il peut apporter ? Quelles réouvertures des possibles peuvent émerger de leur rencontre, de leur dialogue entre elles, eux, le public ? Comment nos interactions avec ces situations imaginaires peuvent-elles se rapporter à des enjeux réels, comment peuvent-elles ouvrir des pistes de transformation ?

En changeant de regard, d’angle, de perspective nous créons des potentialités alternatives. Dans ce lieu, par la rencontre avec ces œuvres, par les relations que nous créons, nous composons un décalage commun, dans un même désir d’ouvrir les voies des trajectoires futures.
Voici un nouveau récit, il y en a plusieurs autres.


Avec (Alternatiba)Mathilde François, Armelle Gautier, Thomas Coispel. Stefania Becheanu. Rocio Berenguer. Karine Bonneval. Nebulx404. NOUS.(Telmo Escapil-Inchauspé & Guilhem Solère). Lorène Gaydon. Jacqueline de Gorter. Makan Fonfana, Hugo Pilate. Cerrato Halls. Charles Hayloft. Roberte La Rousse. Collectif What if? (Welid Labidi et Max Mollon). Noémie Nicolas. Juliette Pénélope Pépin. Lucie Picandet. aniara rodado. Lola Sauvageot. Marina Smorodinova. Ketty Steward. Myriam Suchet. Laurent Tixador. Lukas Truniger. Vraiment Vraiment. Anatole Abitbol, Ikram Benchrif, Alexandre Ferreira, Paul Girard, Ferdinand Pezin (Résidence).

Organisé par le Réseau Université de la Pluralité ; Christine Jean, Daniel Kaplan, Leo Kaplan, Emilie Audibert, Rose Rondelez, Margaux Latour et Chloé Luchs